Toggle Menu
Sign In

Nouvelles de ClubLink

Top 10 des Grands Moments du Golf Canadien (édition XXIe siècle)

05 JUL 2019

Ce siècle est celui où le Canada sort de l’ombre au golf. Nous avons connu de beaux moments au fil des deux derniers siècles, mais depuis l’an 2000, les hauts faits canadiens semblent se multiplier à une cadence accélérée.

Par Peter Mumford

Le golf canadien a une riche histoire, ponctuée de grands moments remontant à près de 200 ans. Des colons écossais jouaient au golf dès le début du XIXe siècle et c’est au Canada qu’a été fondé en 1873 le premier club de golf d’Amérique du Nord, le Royal Montréal.
Le XXe siècle nous a donné la médaille d’or olympique de George S. Lyon aux Jeux de St. Louis en 1904, la victoire de Pat Fletcher à l’Omnium canadien en 1954, la Coupe du Monde remportée par George Knudson et Al Balding, la victoire de Gary Cowan au Championnat amateur des États-Unis et Sandra Post décrochant le premier titre en tournoi majeur d’un golfeur canadien, tant sur le Circuit de la PGA que sur celui de la LPGA.

Et depuis, qu’est-ce que le golf canadien nous a donné récemment?

Si l’on se fie aux 19 premières années de ce siècle, le XXIe semble celui de l’émergence pour nos meilleurs golfeurs, tant professionnels qu’amateurs. Voici, dans l’ordre chronologique, le top 10 des meilleurs moments du golf au Canada depuis le début du siècle.

2000 – Une année exceptionnelle pour Lorie Kane

Lorie Kane a mis du temps à éclore sur le Circuit de la LPGA. Ce n’est en effet qu’à l’âge de 36 ans que la golfeuse a décroché son premier titre de la LPGA, à la Classique Michelob Light. Elle a rapidement enchaîné avec des victoires à la Classique New Albany et à la Classique Mizuno pour afficher trois gains en saison et devenir ainsi la deuxième Canadienne à avoir plusieurs victoires en un même saison. Sandra Post l’avait fait à deux reprises avant elle, en 1978 et 1979. Plus tard arrivera Mike Weir, du côté des hommes, avec ses trois victoires en 2003, mais ce sera Brooke Henderson qui établira le nouveau record, avec des saisons de plus d’une victoire en 2016, 2017, 2018 et 2019, déjà!

2001 – Graham Cooke échappe de peu la Triple Couronne amateur

Graham Cooke est architecte de parcours, champion golfeur et membre du Temple de la renommée du golf canadien. Il possède de nombreux trophées et en 2001, il a presque accompli un exploit hors du commun. Cette année de ses 55 ans, Cooke a remporté le Championnat canadien mid-amateur et le Championnat canadien sénior, et il a terminé deuxième derrière Gareth Paddison de Nouvelle-Zélande au Championnat canadien amateur à Credit Valley. Il est pratiquement impossible pour un golfeur, dans n’importe quel pays, de remporter ces trois titres, étant donné le grand écart d’âges des concurrents, mais Graham Cooke est passé très près de le faire en 2001.

2003 – L’année de Weir

En février, Mike Weir a récolté deux titres du PGA TOUR, la Classique Bob Hope Chrysler et l’Omnium Nissan, devenant l’un des favoris de la course au Masters cette année-là. Mais il était quasiment impossible qu’il gagne le Tournoi des Maîtres. Le parcours d’Augusta était complètement détrempé et Weir, figurant parmi les moins longs frappeurs du circuit, était nettement désavantagé face aux gros cogneurs. C’est toutefois son jeu d’approche et sa constance aux coups roulés qui lui ont valu le fameux veston vert.

Entamant sa ronde finale à deux coups du meneur Jeff Maggert, Weir a pris les devants au troisième trou quand Maggert s’est fait frapper par sa propre balle alors qu’il essayait de s’extirper d’une fosse de sable. Weir a gardé la tête du tableau jusqu’à ce qu’un Len Mattiace explosif, jouant loin devant Weir, clôture avec un moins 7. Le Canadien a dû caler un coup roulé de sept pieds sur le dernier trou pour obliger la tenue d’une prolongation. Les deux golfeurs ont beaucoup peiné sur le premier trou de prolongation, mais le bogey de Weir lui a suffi pour devenir le premier Canadien de l’histoire à remporter un championnat majeur du Circuit de la PGA et le premier gaucher à triompher au Masters.

La saison de trois victoires de Weir a également établi un nouveau record canadien pour le plus grand nombre de gains sur le PGA TOUR en une seule saison, record qui tient toujours.

2004 – Marlene Streit est intronisée au Temple de la renommée du golf mondial

Il serait impossible, ici, de donner la liste de toutes le victoires et récompenses de Marlene Streit en carrière. Dans le top 10 des plus grands exploits du golf canadien, elle pourrait facilement en avoir la moitié à son actif. Mais s’il y a un fleuron à sa couronne qu’elle est la seule à posséder au Canada, c’est bien son intronisation au Temple de la renommée du golf mondial en 2004.

Marlene a joué toute sa vie dans les rangs amateurs et a travaillé inlassablement à promouvoir le golf amateur et surtout les programmes de golf féminin au Canada. Entre autres réalisations notoires, elle est la seule personne à avoir remporté les championnats amateurs des États-Unis, du Canada, de Grande-Bretagne et d’Australie. Elle détient également 11 titres de l’Omnium canadien amateur féminin, 9 du Championnat canadien amateur féminin, 3 du Championnat canadien sénior féminin et 3 du Championnat sénior féminin des États-Unis, tout cela sur une période de 50 ans, de 1953 à 2003.

Son dernier titre du Championnat sénior féminin des États-Unis, Marlene l’a remporté en 2003, lorsqu’à l’âge vénérable de 69 ans, elle a défait des rivales américaines beaucoup plus jeunes qu’elle en demi-finale (24 trous) et en finale (23 trous) dans la chaleur étouffante du Barton Creek Country Club à Austin, au Texas.

2007 – Le Canada est l’hôte de la Coupe des Présidents

Mike Weir figurant régulièrement au sein de l’équipe internationale à la Coupe des Présidents, le Canada exerçait depuis un bon moment des pressions pour accueillir l’évènement sur son sol. En 2007, le Club de golf Royal Montréal obtenait enfin l’honneur de recevoir l’évènement biennal. Le niveau d’effervescence était à son comble et les spectateurs se sont présentés en nombre inégalé pour un tournoi de golf au Canada. L’équipe des États-Unis a gagné, encore une fois, mais c’est le match final en simple qui a enflammé la foule, alors que Weir affrontait le no 1 mondial Tiger Woods. Un combat épique jusqu’au dernier trou, où Weir a défait le Tigre par un coup. Quand on lui en a parlé quelques années plus tard, Weir a répondu: «Lorsque je je jette un regard sur ma carrière, c’est peut-être encore plus exceptionnel que ma victoire au Masters.»

2009 - Jennifer Kirby accomplit un grand chelem amateur

En 2009, Jennifer Kirby de Paris, Ontario, est devenue la première et la seule athlète de golf canadienne à ce jour, hommes et femmes réunis, à remporter les championnats junior de l’Ontario, amateur féminin de l’Ontario, canadien junior féminin et canadien amateur féminin en une même année.

2016 - Brooke coiffe son premier titre majeur

S’il y a plus douce revanche au golf professionnel féminin que celle de Brooke Henderson au KPMG Women’s PGA Championship de 2016, je n’en connais pas.

Henderson avait débuté sa saison 2015 sans détenir sa carte du Circuit de la LPGA. Forte d’un palmarès personnel impressionnant, déjà, à l’âge de 17 ans, elle avait accumulé les victoires de tournois amateurs et les finales dans le top 10 de tournois professionnels. On la comparait même à la no 1 mondiale Lydia Ko qui avait excellé très jeune sur les circuits professionnels. Henderson avait demandé au commissaire Mike Whan de lui permettre de se joindre au Circuit de la LPGA à 17 ans, mais il avait refusé et elle devait donc se qualifier chaque lundi pour participer aux tournois.

En août, Brooke se qualifiait pour la Classique Cambia de Portland en route vers une victoire retentissante par 8 coups, devenant ainsi la troisième plus jeune championne de l’histoire de la LPGA. D’autres victoires dans le top 10 allaient suivre, mais elle semblait toujours rester dans l’ombre démesurée de Ko.

Au printemps 2016, Henderson a enfilé une série de top 10 et s’est retrouvée parmi les favorites lorsque le Circuit de la LPGA a fait escale au Sahalee Country Club de Seattle. Sa ronde finale de 65 l’amena à égalité avec Ko. Brooke a alors frappé un brillant coup de fer 7 à dix pieds de la coupe au premier trou de prolongation pour inscrire l’oiselet et ainsi décrocher le premier titre majeur d’une golfeuse canadienne en près de 50 ans. Et une douce victoire contre sa rivale Lydia Ko.

2016 – Mackenzie Hughes passe la barre

La fierté de Dundas, Ontario, était un remarquable joueur amateur ayant remporté deux titres consécutifs au Championnat canadien amateur masculin en 2011 et 2012. Classé meilleur golfeur amateur canadien, Hughes s’est joint aux rangs professionnels, alternant entre le Circuit Mackenzie/PGA TOUR Canada et le Circuit Web.com pendant quelques années. En août 2016, sa victoire au Championnat Price Cutter du Circuit Web.com lui a valu sa carte du PGA TOUR pour la saison 2016-17. Il n’a pas tardé à capturer son premier titre des ligues majeures, à la Classique RSM en novembre 2016, à son cinquième départ comme membre du circuit. Il devenait ainsi le premier Canadien depuis Mike Weir, en 2007, à remporter un évènement du Circuit de la PGA. Ayant dominé le tournoi du début à la fin du jeu réglementaire, Hughes a été rattrapé par quatre autres joueurs au dernier trou, ce qui a entraîné une prolongation à cinq. Au troisième trou de prolongation, il a calé un roulé partant de l’extérieur du vert pour réussir la normale et réclamer son titre.

2018 – Brooke Henderson conjure le mauvais sort de l’Omnium canadien

En 1954, le Canadien Pat Fletcher a remporté l’Omnium canadien et depuis lors, la course était lancée pour qu’un autre Canadien répète l’exploit. Mike Weir s’en est approché en 2004 lorsqu’il s’est battu contre Vijay Singh sur trois trous de prolongation pour décider du vainqueur, mais malheureusement pour nous, ce ne fut pas Weir. L’été dernier, mai une fraîche journée pluvieuse à Régina, Brooke Henderson a finalement conjuré le mauvais sort qui s’acharnait sur le golf canadien depuis 64 ans. La jeune Ontarienne a amorcé sa dernière ronde au Wascana Country Club avec une avance d’un seul coup et, malgré une poussée acharnée de l’États-Unienne Angel Yin, Brooke s’est accrochée jusqu’à la fin. Entourée d’admirateurs chantant à l’unisson le Ô Canada, Henderson a signé le plus beau moment de fierté du golf canadien en ce siècle.

2019 – Corey Conners se qualifie un lundi pour atteindre la gloire

En avril, une semaine avant le Tournoi des Maîtres, il ne restait qu’une seule place au tableau d’élite. Elle était réservée au vainqueur de l’Omnium Valero du Texas. Pour Corey Conners de Listowel, Ontario, l’idée de jouer au Masters ne l’effleurait même pas lorsqu’il s’apprêtait à jouer la ronde de qualification du lundi en vue du tournoi texan. Au début du jeu officiel mardi, Conners s’est mis au travail pour s’inscrire au tableau des meneurs et il en a gardé la tête jusqu’à la finale du dimanche, finale qui s’est déroulée en montagnes russes alors que le Canadien a accru sa marge de coups d’entrée de jeu, puis a inscrit quatre bogeys consécutifs qui ont effacé son avance. Il est cependant parvenu à redresser la barre et s’est remis à inscrire des oiselets sur le neuf de retour pour battre Charlie Hoffman par deux coups. C’était la première fois en neuf ans qu’un joueur qualifié le lundi remportait un tournoi du PGA TOUR. Entre autres récompenses pour sa première victoire, Conners a empoché la coquette somme de 1,35 million de dollars et obtenu une exemption de deux ans sur le Circuit de la PGA, en plus de décrocher cette place si convoitée au Masters. Toute une semaine pour une recrue canadienne!

Peter Mumford est le rédacteur en chef de Fairways Magazine. Suivez-le sur Twitter @FairwaysMag.