Toggle Menu
Sign In

Nouvelles de ClubLink

Le top 10 du golf canadien

04 JUL 2018

Par Peter Mumford

Au Temple de la renommée du golf canadien sont célébrés les meilleurs golfeurs et golfeuses du pays, et leurs accomplissements sont impressionnants. Serait-il possible d’en choisir dix, parmi la soixantaine d’intronisés, et de les classer par ordre d’exploits? Comment comparer, en effet, les réalisations d’un golfeur des années 1920 aux succès d’un autre des années 1960? Ou un professionnel à un amateur?

Il serait facile de dire que Mike Weir est le meilleur golfeur canadien de tous les temps parce qu’il a connu huit victoires sur le Circuit de la PGA – tout comme George Knudson –, dont une en tournoi majeur. Sauf que Gary Cowan a obtenu deux titres de champion amateur aux États-Unis lorsque ce championnat était encore considéré comme étant un tournoi majeur.

Cela nous ramène à l’époque de Bobby Jones, alors que la plupart des meilleurs golfeurs étaient des amateurs se disputant des titres prestigieux comme les championnats amateurs des États-Unis et de Grande-Bretagne. Quand Jack Nicklaus est arrivé sur la scène à la fin des années 1950, ces deux championnats étaient majeurs et pendant longtemps, Nicklaus a affiché 20 victoires majeurs, 18 professionnelles et deux amateurs.

Si l’on appliquait les mêmes critères aujourd’hui, Tiger Woods se rapprocherait d’un titre majeur du record de Nicklaus, car il détient 14 majeurs professionnels et trois titres amateurs des États-Unis. Cependant, le classement de certains titres amateurs au rang de majeurs s’est arrêté il y a environ 20 ans.

Autre élément en faveur de la candidature de Mike Weir au premier rang du golf canadien, il a joué au plus haut niveau, se mesurant aux meilleurs golfeurs au monde. Ça compte plus que les championnats canadiens amateurs ou le Circuit de la LPGA, non?

Mais que dire d’une médaille d’or olympique?

Étant donné que seulement deux de mes top 10 se sont affrontés face à face lorsqu’ils étaient au sommet de leur forme, il s’avère impossible de fonder la comparaison pour le classement sur des matchs individuels ou des résultats de tournois. Chacun de ces golfeurs était vu comme joueur dominant à son époque et affichait des exploits dépassant de loin ceux de ses pairs.

Gary Cowan et George Knudson, par exemple, ont atteint leur apogée à peu près en même temps. Nés à un an d’écart vers la fin des années 1930, ils ont remporté la plupart de leurs titres respectifs dans les années 1960, l’un comme amateur et l’autre comme professionnel. Cowan avait grandi en Ontario, alors que Knudson venait du Manitoba. Adolescents, ils se sont peut-être croisés lors de championnats canadiens juniors ou amateurs, mais à partir du moment où Knudson est devenu professionnel, à 21 ans, toute comparaison entre les deux devient difficile à faire. Tous deux ont établi des records de victoires encore inégalés. Bref, ce sont certainement deux des meilleurs golfeurs canadiens de tous les temps, mais l’un était-il meilleur que l’autre?

Pour établir le classement qui suit, j’ai comparé l’ensemble des accomplissements et la puissance des tableaux de compétition en jeu, puis j’ai mesuré une autre variante intangible que j’appelle «le facteur crainte», soit une évaluation de la force relative du joueur par rapport à la compétition du jour. Autrement dit, ce golfeur était-il craint des autres joueurs comme Tiger l’était à son zénith? Pouvaient-ils prétendre constamment à la victoire?

J’utilise ce facteur crainte parce que la plupart des analyses mesurant des athlètes d’une époque à des athlètes d’une autre époque, dans presque tous les sports, arrivent à la conclusion que chacun dominerait toujours, peu importe son époque. Mickey Mantle continuerait d’être le roi du coup de circuit aujourd’hui comme il l’était dans les années 1950 et 1960. Jack Nicklaus et Tiger Woods seraient des superstars en tout temps. Comment se mesureraient-ils, l’un à l’autre, dans leurs meilleurs moments? Voilà un débat qui reste à résoudre, mais ce sera pour une autre fois.

Voici donc ma liste des 10 meilleurs golfeurs et golfeuses du Canada:

 

 

No 10 Nick Weslock

 

Weslock a surtout joué en compétition comme amateur dans les années 1940, 50 et 60. Au cours de cette période, il a raflé quatre titres de Champion canadien amateur et huit comme Champion amateur d’Ontario, le premier en 1944 et le dernier en 1970. Il a également remporté l’Omnium d’Ontario, un tournoi professionnel, à sept reprises et s’est classé meilleur amateur de l’Omnium canadien à 11 reprises. Weslock a en outre mérité sa place cinq fois au sein de l’équipe canadienne des Jeux du Commonwealth, trois fois dans l’équipe du Canada aux Championnat amateur mondial et 21 fois dans les rangs de l’équipe ontarienne pour la Coupe Willingdon.

 

No 9 C. Ross (Sandy) Somerville

 

Somerville était un athlète accompli dans plusieurs disciplines, excellant au hockey, au football, au cricket et au golf. En 1932, il fut le premier golfeur étranger à remporter le Championnat amateur des États-Unis et, de 1926 à 1937, il a détenu à six reprises le titre de Champion canadien amateur, en plus de participer à la finale de quatre autres championnats nationaux. Dans les années 1960, Somerville a remporté deux fois le Championnat canadien sénior et a partagé la victoire à deux reprises. En 1950, la Presse canadienne le nommait meilleur golfeur canadien du demi-siècle. 

 

No 8 (É) Sandra Post

 

Post a connu sa première victoire sur le Circuit de la LPGA en tournoi majeur, au Championnat de la LPGA de 1968, alors qu’elle n’avait que 19 ans. Ce qui lui valut le titre de Recrue de l’année de la LPGA. Ça lui prendra encore 10 ans pour obtenir une autre victoire, mais de 1978 à 1981, Post remportera sept titres de la LPGA, dont deux au Championnat Colgate-Dinah Shore avant que ce tournoi ne devienne majeur. En 1979, elle sera au deuxième rang du palmarès des gains de la LPGA et recevra le Prix Lou Marsh d’Athlète canadienne de l’année.

 

No 8 (É) Brooke Henderson

 

C’est à juste titre que Henderson et Post arrivent à égalité dans cette liste, car leurs carrières se ressemblent beaucoup jusqu’ici. Brooke a abandonné ses études postsecondaires pour joindre très tôt les rangs professionnels et, à l’instar de Post, elle était une adolescente prodige. Henderson a six victoires sur le Circuit de la LPGA à son actif, dont un titre majeur, mais on s’attend à voir ces chiffres grimper, la jeune Ontarienne se classant actuellement parmi les meilleures golfeuses de la LPGA.

 

No 7 Stan Leonard

 

Leonard, originaire de Vancouver, a connu énormément de succès dans les rangs professionnels au cours des années 1940 et 50, capturant un nombre record de huit titres de Champion de la PGA du Canada, en plus de ses maintes victoires en omniums provinciaux de Colombie-Britannique, d’Alberta et de Saskatchewan. En 1954, à 34 ans, Leonard amorçait une nouvelle étape de sa carrière sur le Circuit de la PGA, où il allait remporter trois victoires et se classer dans le top 10 du Masters à quatre reprises. Dans l’ensemble, ses six titres amateurs et 40 victoires professionnelles le classent au deuxième rang pour le nombre de victoires dans l’histoire du golf canadien.

 

No 6 George Seymour Lyon

Même sans sa médaille d’or aux Jeux olympiques de 1904, George S. Lyon aurait été intronisé au Temple de la renommée. Ayant remporté huit fois le Championnat canadien amateur, il a terminé au deuxième rang de l’Omnium canadien en 1910. Lyon n’avait commencé à jouer au golf qu’à la fin de la trentaine et sa médaille olympique, il l’a conquise à 46 ans. Il a obtenu son premier titre amateur canadien à 40 ans, à peine deux ans après s’être mis au golf, et sa dernière victoire amateur est arrivée quand il avait 54 ans. Lyon allait par la suite remporter le titre de Champion canadien sénior à six reprises et celui de Champion sénior nord-américain trois fois, la dernière à l’âge de 74 ans.

 

No 5 George Knudson

 

Sur le Circuit de la PGA, Knudson était reconnu comme étant l’un des meilleurs cogneurs de balle du circuit. Malheureusement, son jeu sur les verts laissait à désirer. Mais malgré ses difficultés au fer droit, Knudson a remporté huit titres sur le Circuit de la PGA (à égalité avec Mike Weir pour le plus grand nombre de victoires) et a inscrit quatre top 10 au Tournoi des Maîtres, dont une finale au ddeuxième rang en 1969. Knudson a également triomphé trois fois à l’Omnium du Manitoba, cinq fois à l’Omnium d’Ontario et cinq fois au Championnat de la PGA du Canada. En 1968, il a fait équipe avec Al Balding pour capturer la Coupe mondiale de golf.

 

No 4 Moe Norman

 

De tous les golfeurs honorés au temple de la renommée du golf canadien, Norman est peut-être le plus difficile à classer. D’aucuns diront qu’il fut le meilleur golfeur canadien de tous les temps, alors que d’autres ne l’inscriraient même pas dans la liste. La liste des exploits de Norman est très longue et comprend plus de 50 victoires notables (le maximum historique), 33 records de parcours, deux championnats canadiens amateurs et autant de championnats de la PGA du Canada, en plus des quelques tournois où il a intentionnellement terminé deuxième parce qu’il préférait ce prix à celui du vainqueur, ou qu’il n’avait tout simplement pas envie de faire un discours… Bien que Norman ait été réputé dans le monde entier pour la qualité de ses coups de départ, on ne saura jamais à quel point il aurait pu être un golfeur d’excellence, à cause de sa timidité et de son aversion des foules qui le tenaient loin des tournois de haut niveau. Mais quand on sait que Lee Trevino, Tiger Woods et Sam Snead ont tous louangé son génie, on peut parier qu’il se serait classé parmi les meilleurs.

 

No 3 Mike Weir

 

Comme je l’ai fait remarquer plus haut, Weir surpasse Knudson grâce à sa victoire au Masters 2003, même si tous deux détiennent huit titres du Circuit de la PGA. Au sommet de sa carrière de golfeur, Weir était un des meilleurs joueurs d’approche du circuit et aspirait régulièrement à la victoire, malgré ses distances au coup de départ sous la moyenne. Avant de se joindre aux pros, Weir avait remporté deux titres de Champion amateur d’Ontario, en plus d’un titre junior d’Ontario et un Championnat canadien juvénile. C’est en 1999 que Weir a réellement fait éclosion, remportant une première victoire sur le Circuit de la PGA au Championnat Air Canada de Vancouver. Il allait par la suite inscrire une autre victoire sur le Circuit WGC en 2000, ainsi qu’au Championnat du Circuit de la PGA en 2001. La saison 2003 fut magique pour Weir, alors qu’il triompha à la Classique Bob Hope Chrysler, remporta la première de ses deux victoires consécutives à l’Omnium Nissan de Riviera et, surtout, le Tournoi des Maîtres. À un moment donné, il était classé troisième golfeur au monde. En 2004, Weir a presque gagné l’Omnium canadien RBC, cédant la victoire à Vijay Singh au terme d’une prolongation crève-cœur. À la veille de célébrer ses 50 ans, Weir demeure l’un des golfeurs préférés des Canadiens et espère ajouter àç sa liste d’exploits sur le Circuit des Champions.

 

No 2 Gary Cowan

 

La seule chose à savoir au sujet de Cowan, peut-être, est le fait qu’il fut élu Golfeur canadien du xxe siècle par l’ARCG (Golf Canada). Sa fiche comprend un titre de Champion canadien amateur, neuf de Champion amateur d’Ontario et deux des États-Unis. Ses deux titres «majeurs» de 1966 et 1971, il les a remportés contre de futurs membres du Temple de la renommée de la PGA et vainqueurs de nombreux tournois majeurs professionnels. Cowan a participé huit fois au Masters et a été le meilleur golfeur amateur au monde pendant 10 ans. Il a représenté le Canada à 19 reprises lors de matchs internationaux et conquis plusieurs tournois amateurs internationaux, dont la Coupe Porter, le Sunnehanna Amateur ainsi que le Nord-Sud.

 

No 1 Marlene Stewart Streit

 

L’espace nous manque, ici, pour dresser la liste complète des exploits de Mme Streit, et nous devons nous contenter de ces quelques hauts faits: elle est la seule personne à avoir remporté les championnats amateurs du Canada, des États-Unis, de Grande-Bretagne et d’Australie; elle détient le record canadien des victoires (3) au Championnat de l’USGA, a glané 11 titres au Championnat canadien amateur féminin, 9 au Championnat canadien mid-amateur féminin et le même nombre au Championnat amateur féminin d’Ontario; ses victoires s’étalent sur six décennies, soit de 1951 à 2003, et sa victoire au Championnat amateur sénior féminin des États-Unis en 2003 en a fait la championne la plus âgée d’un tournoi de l’USGA depuis les débuts de l’association. Streit a en outre représenté le Canada sur des douzaines d’équipes à l’international et a été récompensée du Prix Lou Marsh à deux reprises, à titre d’Athlète canadienne de l’année. Intronisée en 2004 au Temple de la renommée du golf mondial, Streit est la seule personne d’origine canadienne à avoir mérité cette distinction. Pour voir la liste complète des accomplissements de Marlene Stewart Streit, cliquez sur le lien ci-dessous:

https://heritage.golfcanada.ca/hall-of-fame-members/marlene-streit/

 

Peter Mumford est rédacteur en chef de Fairways Magazine. Suivez-le sur Twitter @FairwaysMag.