Toggle Menu
Sign In

Nouvelles de ClubLink

Sac à malices

10 OCT 2018

Bœuf américain de catégorie A (plus ou moins) certifié

Au lendemain de l’écrasante défaite des États-Unis par sept points aux mains des Européens à la Coupe Ryder, on a rapporté plusieurs dissensions au sein de l’équipe américaine. La première à voir le jour fut la déclaration de Patrick Reed reprochant au capitaine Jim Furyk de l’avoir relégué sur le banc durant deux matchs d’équipe et de ne l’avoir jamais jumelé à Jordan Spieth durant le tournoi. «Pour quelqu’un qui, comme moi, a connu autant de succès en Coupe Ryder, je ne crois pas que c’était une bonne idée de m’écarter du jeu à deux reprises», a confié Reed à un journaliste du New York Times une heure après la clôture de l’évènement. Le champion en titre du Masters prétend aussi que Furyk aurait été influencé par Spieth qui ne voulait pas jouer avec lui. «Le problème est à l’évidence que Jordan ne veut pas jouer avec moi, a ajouté Reed. Mais en fin de compte, je me fous d’aimer ou pas le gars avec qui je joue, ou s’il m’aime ou pas, pourvu que ça marche et que ça aide l’équipe. Lui et moi, on sait comment s’améliorer mutuellement, on sait bien faire le boulot.» Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait des propos incendiaires de Reed, Spieth a défendu son capitaine et expliqué que les appariements étaient une décision d’équipe. D’autres joueurs, toutefois, se sont montrés moins conciliants quand ils ont entendu la déclaration, notamment un membre de l’équipe au a tenu à garder l’anonymat et qui a dit au New York Post le lendemain que Reed mentait et qu’il avait supplié Furyk de le faire jouer avec Tiger Woods. «Ça me désole pour Jim, car il s’est avéré un super capitaine, de dire le joueur anonyme. Il aurait tout fait pour chacun des 12 membres de l’équipe. Malheureusement, seulement 11 d’entre eux lui auraient rendu la pareille.»

 

La sortie de Reed n’est pas la seule dissension rapportée au sein de l’équipe états-unienne à la Coupe Ryder, bien que ce soit la seule confirmée. Lundi matin, The Sun écrivait qu’on avait dû séparer les bons amis Dustin Johnson et Brooks Koepka dans le vestiaire de l’équipe européenne dimanche soir après une dispute qui risquait de s’envenimer. Mardi, le quotidien britannique surenchérissait en publiant un article à l’effet que Furyk avait prévu se servir de ses deux gros cogneurs comme duo de puissance durant les quatre matchs. Mais son plan, et tout espoir pour les Américains à la veille de ce tournoi mythique, auraient disparu dès le vol sur Paris lorsque DJ et Koepka se sont chicanés au sujet de Paulina Gretzky, allègue The Sun. Selon le journal, les deux incidents ont été confirmés par des sources anonymes – dont une aurait affirmé que la première dispute a empoisonné l’atmosphère dans le vestiaire des Américains toute la semaine –, mais Koepka et son agent ont tous deux démenti catégoriquement ces faits. «Il n’y a pas eu de combat, pas de chicane, a déclaré Koepka. Dustin est un de mes meilleurs amis. J’aime ce gars-là jusqu’à la mort. On s’est parlés au téléphone lundi et hier. Dites-moi pourquoi on se serait battus. C’est risible.»

 

Confusion coûteuse pour les Hawkeyes

Les Hawkeyes d’Iowa ont été disqualifiés du tournoi interuniversitaire de Marquette, la semaine dernière, à la suite d’un imbroglio sur les règles aussi bizarre que compliqué. Le golfeur en première année à l’Université d’Iowa Gonzalo Leal était ex æquo en tête du tableau de compétition à l’amorce de son 12e trou, une normale 4 à l’aveugle, en pente descendante, lorsqu’il a frappé son coup de départ hors champ vers la droite. Présumant que sa balle était perdue, il en a frappée une autre, provisoire, et plus loin, il a trouvé deux balles au jeu, l’une qu’il pensait être sa propre balle provisoire et l’autre, celle de son coéquipier Lucas Becht.

Ce qui a fait croire à Leal que sa propre balle égarée était tombée dans un obstacle à proximité. Incertain de la marche à suivre dans une telle situation (sa balle provisoire ne pouvait être jouée si son coup de départ avait atterri dans un obstacle), le jeune étudiant a invoqué la règle 3-3 permettant au golfeur de jouer deux balles lorsqu’il n’est pas sûr de la procédure et d’attendre la fin de la ronde pour obtenir un verdict officiel. Leal a donc frappé les deux balles sur le vert et Becht a aussi atteint la surface de roulement au coup d’approche. Mais lorsque les deux coéquipiers sont arrivés sur le vert, ils ont constaté que les trois balles appartenaient à Leal. Il s’avère que la balle frappée par Becht à son deuxième coup était en réalité la balle provisoire de Leal et que celle que ce dernier avait frappée au deuxième coup était sa première balle de départ que l’on croyait égarée. Les deux joueurs ont terminé leur trou, Becht en laissant tomber une nouvelle balle pour l’envoyer dans la coupe au coup roulé, et Leal, croyant qu’il pouvait seulement jouer sa balle d’origine, a abandonné sa balle provisoire et complété son trou avec la première. Ce faisant, Leal achevait son trou sans jouer sa balle provisoire ni aucune qu’il aurait pu laisser tomber en invoquant la règle 3-3, ce qui lui a valu d’être disqualifié. «En frappant sa balle initiale, il a en fait frappé la mauvaise, a reconnu l’entraîneur en chef de l’équipe d’Iowa Tyler Stith. Étant donné qu’il n’a pas corrigé son erreur et qu’il a abandonné l’autre balle, il n’avait pas de score pour ce trou et a été disqualifié.» Déjà amputée d’un de ses cinq joueurs pour cause de maladie, l’équipe de l’Université d’Iowa se trouvait ainsi dans l’incapacité d’afficher des scores pour les quatre rondes réglementaires et s’est vue disqualifiée du tournoi. Ce résultat a fait chuter les Hawkeyes de façon dramatique au classement national, soit du 14e rang au 49e! Ayoye!

 

L’aménagement maison de la semaine

C’est déjà plaisant d’avoir des voisins qui aiment autant le golf que vous. Mais quand ces voisins aiment tellement ça qu’ils sont prêts à sacrifier leur cour pour la combiner à la vôtre et aménager un parcours d’approche faisant l’envie de tout le quartier, c’est le paradis!

 
 
 
View this post on Instagram

Check it up!! Our synthetic greens have the most realistic ball action and feel response on the market! Want to know more? Check out our website and feel free to ask questions. #envyscapes #golf #golfers #syntheticturf #fakegrass #puttinggreen #shortgame #backyarddesign #golfcoursedesign #prestonmoongolfdesign #pgatour #pga #wedoitbetter #utah #syntheticgrass #utahlandscape #rydercup #rydercup2018

A post shared by Envyscapes (@envyscapes) on

 

Coup improbable de la semaine

Stupéfiant! Ce petit gars de 10 ans possède une extraordinaire coordination oculomotrice. À cet âge, la plupart des enfants peinent à faire s’envoler leur balle!

 
 
 
View this post on Instagram

They say it’s good to do multiple sports...##gulllakemarine #gabegolfswingtrainer #uskidsgolf #wakeboatporn

A post shared by Max VanderMolen Golf (@max_vandermolen_golf) on

 

Raté de la semaine

Réussir un coup à la T.C. Chen au bois de départ est déjà assez impressionnant, mais faire en sorte que la balle recule, en plus, cela tient de l’exploit!

 
 
 
View this post on Instagram

That’s 2