Toggle Menu
Sign In

Nouvelles de ClubLink

Élève de l’Académie ClubLink, Matt Anderson est le nouveau no 1 du golf junior au Canada

05 DEC 2018

Peu d’entre nous peuvent se vanter d’être les meilleurs dans un domaine ou un autre. Ça prend un niveau d’habileté ou de compétence rare, ainsi qu’une éthique de travail rigoureuse, pour y parvenir. Ceux qui y arrivent vous diront tous que ce n’est pas facile. Après des années d’efforts assidus, Matt Anderson, étudiant de longue date à l’Académie ClubLink, peut enfin se qualifier de meilleur.

Au Championnat canadien junior masculin qui s’est tenu à Medicine Hat, en Alberta, l’été dernier, Anderson a inscrit des rondes de 71, 72, 75 et 68 pour terminer É6 et ainsi atteindre le premier rang des golfeurs juniors au Canada.

Alf Callowhill enseigne le golf à Anderson depuis huit ans et se montre des plus ravi de voir les progrès que son élève a accomplis.

«Quand j’ai commencé à travailler avec Matt, j’ai tout de suite vu qu’il était golfeur dans l’âme. Sa technique était assez exceptionnelle et il adorait essayer toutes sortes de coups», raconte Callowhill qui, en plus d’être l’entraîneur d’Anderson, travaille comme professionnel de golf au RattleSnake Point Golf Club. «Dès l’âge de 10 ou 11 ans, il se montrait impressionnant dans les fosses de sable, il arrivait à claquer de hautes balles rotatives sans difficulté. Au départ, on a un peu modifié sa prise du bâton et son élan descendant, puis, à mesure qu’il a perfectionné ses habiletés techniques, on a consacré de plus en plus de temps aux stratégies de jeu.»

Anderson a ainsi travaillé très fort à améliorer ses aptitudes techniques et stratégiques mais, comme le fait remarquer Callowhill, «son progrès le plus important est sa prise de conscience émotionnelle du parcours».

«Le plus grand changement que j’ai vu chez lui, au cours des deux dernières années, c’est sa capacité de faire un plan de match pour chaque ronde et de s’y tenir, explique Callowhill. Il ne laisse plus les émotions du moment dicter sa stratégie et je crois que c’est ce qui lui a donné toute cette constance au jeu et lui a permis de rester dans le peloton de tête.»

Un autre changement qui a aidé Anderson à améliorer son jeu a été l’acquisition d’une nouvelle confiance en soi. Callowhill a toujours su que son élève avait ce qu’il fallait pour devenir un excellent golfeur, mais Anderson a mis un certain temps à y croire lui-même.

«Je me souviens d’avoir dit à Matt qu’à 16 ans, il serait le no 1 du golf junior au Canada, soutient Callowhill. Deux ans plus tard, il passait au premier rang et il est venu me dire qu’il se rappelait mes mots. C’est son assurance de réellement pouvoir devenir le meilleur qui l’a motivé.»

Maintenant arrivé au terme d’une formidable carrière junior, Anderson compte bien passer au golf de niveau NCAA. Il s’est inscrit à l’Université de San Francisco et espère y dominer le circuit du golf universitaire comme il l’a fait au niveau junior canadien. Callowhill ne croit pas qu’Anderson va ralentir de sitôt.

«Matt souhaite aller au bout de ses capacités, voir jusqu’où il peut aller au golf, ajoute l’enseignant. Beaucoup de jeunes abandonnent la carrière golfique pour se consacrer à d’autres intérêts. Matt, lui, a toujours su bien concilier le golf et sa vie sociale, et je sais qu’il a l’espoir d’aller plus loin au golf. »

Maintenant qu’Anderson n’est plus à l’Académie ClubLink, Callowhill espère de son côté dénicher une autre perle rare parmi ses élèves. Son but est d’aider chacun à réaliser son plein potentiel.

«Quand un étudiant travaille aux côtés du même entraîneur pendant des années, la chimie se développe et chacun sait ce qu’il peut attendre de l’autre, conclut Callowhill. Aux académies ClubLink, nous travaillons en étroite collaboration avec nos élèves pour nous assurer que tout le monde obtient ce qu’il recherche.»

Anderson illustre parfaitement comment l’engagement et le travail acharné peuvent porter fruits dans un cadre bien structuré comme celui offert par l’Académie ClubLink à Glen Abbey et RattleSnake Point. Ce sera intéressant de voir quels étudiants de ClubLink suivront les traces d’Anderson pour devenir le prochain no 1 du golf junior au Canada.