Toggle Menu
Sign In

Nouvelles de ClubLink

Sac à malices

10 APR 2018

Cette chronique regroupe des anecdotes étonnantes de l’univers fantasque du golf.

 

Classiques instantanés

Chaque année, le concours de normales 3, à l’Augusta National, est l’occasion de coups incroyables et de moments magiques, et celui de la semaine dernière fut à la hauteur. À 68 ans, Tom Watson est devenu le vainqueur le plus âgé de ce concours après avoir joué une ronde de 8 sous la normale mercredi. Ses partenaires de jeu Jack Nicklaus et Gary Player ont aussi remonté le temps pour leurs admirateurs, terminant à égalité aux 4e et 10e rangs respectivement. Le trio a exécuté plusieurs coups spectaculaires tout au long de la compétition, mais aucun n’a surpassé l’as au dernier trou réalisé par le petit-fils de 15 ans de Nicklaus, Gary T.

 

 

C’était la première fois que G.T. jouait un trou d’un coup et l’ovation qui a accueilli son exploit a dépassé de loin tout ce qu’on a entendu ce jour-là. Le moment était si magique que son grand-père a versé une larme avant de dire que ce serait son souvenir de golf préféré.

 

 

Dylan Frittelli et Tony Finau exultaient tout autant quand ils ont réussi leurs premiers as en carrière durant ce concours de normales 3. Malheureusement, la joie de Finau s’est vitre transformée en douleur quand il s’est disloqué la cheville et a dû la remettre en place pour se remettre debout. (Attention, cette vidéo n’est pas pour les âmes sensibles!)

 

 

On croyait que la blessure obligerait Finau à se retirer du Tournoi des Maîtres, mais le golfeur de 32 ans a trouvé le courage de surmonter la douleur et a surpris tout le monde en menant le tableau après la première ronde. Il a ensuite terminé la semaine en 10e place, à égalité avec Dustin Johnson.

De son côté, le vainqueur de deux vestons verts Bubba Watson avait aussi sa baguette magique en main mercredi. Au lieu de simplement pousser sa balle dans la coupe sur un roulé facile de 3 pieds au 7e trou, il a décidé de la frapper avec la pointe de son cocheur vers le haut de la pente, à l’autre bout du vert, pour qu’elle redescende gentiment jusque dans le trou. Spectaculaire!

 

 

Pas trop tôt!

À la veille du Tournoi des Maîtres, le président de l’Augusta National Fred Ridley a annoncé que le club présenterait un tournoi annuel féminin amateur à compter de 2019. Le Championnat féminin amateur d’Augusta National, une compétition sur 54 trous, aura lieu une semaine avant le Masters et réunira 72 des meilleures golfeuses amateurs au monde. Les deux premières rondes se joueront au club Champions Retreat, non loin du National, et le tableau réduit à 30 golfeuses se disputera le titre en ronde finale sur le terrain de l’Augusta National. Ridley a précisé que l’évènement serait télédiffusé, ce qui aura sûrement pour conséquence de cannibaliser l’auditoire du tournoi ANA Inspiration du Circuit de la LPGA qui se déroule en même temps. Le président du club a d’ailleurs déclaré qu’il avait discuté de ce conflit d’horaire avec le commissaire du Circuit de la LPGA Mike Whan et que tous deux s’étaient entendus pour affirmer que ce tournoi était «une victoire pour le golf féminin». Ridley a également annoncé que les billets pour assister au championnat feraient l’objet d’une loterie afin de donner aux amateurs qui n’ont jamais pu obtenir de billets pour fouler le sol sacré de l’Augusta National la chance de faire un jour ce pèlerinage, même si ce n’est pas pour assister au fabuleux Masters!

 

Problème octuple

À ce jour, Sergio Garcia a connu le plus beau moment de sa carrière professionnelle l’année dernière, à Augusta, quand il a finalement remporté sa première victoire majeure au terme d’une prolongation à couper le souffle. Hélas, ça ne s’est pas aussi bien passé, la semaine dernière, pour l’Espagnol dans sa quête d’un second veston vert. Comme la plupart des concurrents, Garcia a eu de la difficulté à démarrer en ronde d’ouverture, avec trois oiselets, trois bogeys et un double bogey sur ses 14 premiers. Mais ça s’est empiré au 15e trou quand il a frappé cinq coups d’approche de suite sur cette normale 5 et chaque fois, sa balle a roulé hors du vert pour retomber à l’eau.

 

 

C’est ainsi que Garcia a inscrit un octuple bogey de 13 coups sur ce trou, ce qui l’a mis à égalité avec Tommy Nakajima et Tom Weiskopf pour le plus haut score jamais enregistré sur un trou au Tournoi des Maîtres. Évidemment, l’Espagnol a échoué au couperet.

 

Parfum de la semaine

Phil Mickelson a connu un mauvais départ samedi quand son premier coup au premier trou a posé sa balle sous un chêne affaissé. Au lieu d’accepter la pénalité pour balle injouable, le gaucher a tenté d’extirper sa balle à l’aide d’un élan raccourci. Mais il a complètement manqué son coup et s’est cogné la main sur une branche. Il a finalement ramené sa balle dans l’allée au troisième coup, puis a raté le vert au quatrième, et il lui a fallu trois autres coups pour terminer le trou avec un triple bogey.

 

 

Aigle sur aigle

Webb Simpson a inscrit son meilleur résultat en carrière au Tournoi des Maîtres la semaine dernière grâce à une ronde finale de 67 marquée par deux aigles consécutifs sur le neuf d’aller. Le champion de l’Omnium des États-Unis 2012 a d’abord calé son coup d’approche de 166 verges au 7e trou, grâce à la pente, puis a coché sa balle dans la coupe à partir de la marge du vert au trou suivant. Ce faisant, Simpson a rejoint Phil Mickelson, Dustin Johnson et Dan Pohl dans le groupe des rares golfeurs de l’histoire à avoir inscrit deux aigles de suite sur leur carte du Masters.

 

 

 

Grande finale

Les conditions étaient parfaites pour faire de bons scores dimanche, à l’Augusta National, ce dont témoigne la carte de plusieurs joueurs au tableau. Près des deux tiers de ceux-ci ont joué sous la normale en ronde finale et 10 golfeurs ont affiché des rondes de 67 ou mieux! Tony Finau ne semblait pas gêné par sa cheville blessée, au neuf de retour, lui qui a inscrit six oiselets de suite à compter du 12e trou. Cameron Smith a également réussi six oiselets sur les neuf derniers trous pour afficher un score de 66 et terminer à égalité au 5e rang. Pour sa part, Paul Casey a littéralement dominé le fameux Amen Corner, n’ayant nécessité en tout que huit coups pour traverser les 11e, 12e et 13e trous sur la voie d’un score de 65 pour la ronde finale.  

 

 

 

Quoi qu’il en soit, aucune ronde finale n’a autant impressionné que celle de Jordan Spieth, même pas celle du champion de l’année Patrick Reed. Spieth a amorcé sa dernière ronde neuf coups derrière Reed, mais il a fait une remontée spectaculaire grâce à neuf oiselets et aucun bogey sur ses 16 premiers trous!

 

 

 

Cette avalanche d’oiselets a propulsé le Texan à la tête du tableau aux côtés de Reed, à 14 sous la normale, donnant aussi à Spieth la chance d’établir un nouveau record de parcours à l’Augusta National. Malheureusement pour lui, cependant, Spieth a conclu son tournoi sans veston vert ni record de parcours, après avoir joué la normale au 17e trou et un triste bogey au 18e. Ce qui n’empêchera pas les fans de rappeler la charge dominicale du golfeur de 24 ans pendant bien des années encore.

 

Le roulé de la semaine

Avec un veston vert et un premier titre majeur dans sa mire, Patrick Reed n’a eu aucune difficulté à trouver le fond de la coupe à un peu plus de quatre pieds. Ce n’était peut-être pas le plus long coup roulé de l’histoire, mais c’était sans doute un des plus éprouvants.