Toggle Menu
Sign In

Nouvelles de ClubLink

Sac à malices

13 NOV 2019

Le Sac à malices présente chaque semaine quelques anecdotes étonnantes de l’univers fantasque du golf.

On ne l’a pas vue venir, celle-là

Alors qu’on croyait avoir vu toutes les infractions possibles aux Règles du golf et motifs de disqualification, voici que l’on découvre une règle si bizarre qu’on peut se demander ce que les créateurs de ces règles avaient en tête quand ils l’ont inventée. Prenons par exemple ce qui s’est passé la semaine dernière au Championnat amateur de golf Spirit International. Les Américaines Kaitlyn Papp et Emilia Migliaccio, qui constituaient la moitié féminine de l’équipe des États-Unis à ce tournoi mixte mettant aux prises 19 équipes, ont été disqualifiées pour avoir remis une carte de pointage inexacte. La carte indiquait que Migliaccio avait réussi l’oiselet sur le 3e trou à normale 3, alors que c’était en réalité Papp qui avait réussi l’oiselet. Une erreur bénigne, non? Ça ne mérite sûrement pas une disqualification, mais la faute enfreignait la Règle 23.2b qui énonce: «Chaque score sur la carte de scores doit être clairement identifié au nom du partenaire qui l’a réussi; si ce n’est pas fait, l’équipe est disqualifiée.» La capitaine de l’équipe états-unienne Stacy Lewis a révélé qu’après avoir été disqualifiées, Papp et Migliaccio voulaient continuer à jouer jusqu’à la fin du tournoi, même si elles ne pouvaient compétitionner. Malheureusement, elles ont dû se résigner à encourager leurs coéquipiers masculins, le champion amateur des États-Unis Andy Ogletree et le membre de l’équipe de la Coupe Walker Cole Hammer, à partir des lignes de côté. Nous sommes tous d’accord pour dire qu’il faut faire respecter les règles, mais celles-ci nous semble exceptionnellement sévère pour ce qui n’est rien d’autre qu’une faute d’écriture.

On frise le ridicule…

Justement, puisqu’il est question d’erreurs d’écriture, l’aspirant au Circuit Korn Ferry Luis Gagne a été disqualifié de la deuxième étape des épreuves de qualification mardi après avoir remis sa carte de scores sans l’avoir signée. Il venait tout juste de terminer une ronde de moins 1, à 70, et se trouvait bien parti pour amorcer la deuxième ronde quand on l’a informé de son infraction et de la coûteuse pénalité qui y est associée. Dépité, Gagne a affiché une photo de sa carte de scores sur Instagram ce soir-là, soulignant que c’était la première fois de sa vie qu’il n’avait pas signé sa carte de pointage.

Une histoire à vous briser le cœur et le parfait exemple de punition qui va bien au-delà du crime commis!

À bout de balles

La série de disqualifications étranges s’est poursuivie à l’Omnium Turkish Airlines avec une étonnante séquence d’incidents. Cet épisode met en cause l’Anglais Eddie Pepperell, qui a vécu un moment digne du film Le Pro à la troisième ronde du tournoi. Inscrit au tableau avec la normale jusque-là pour la semaine, loin derrière les meneurs, Pepperell est arrivé sur le vert en deux coups sur le 4e trou à normale 5 et a ensuite raté son coup, envoyant sa balle dans l’obstacle d’eau juste à côté. Il a laissé tomber une balle comme il se doit au point initial du coup, et a encore frappé sa balle dans l’eau. Autre essai, même résultat. Et encore: plouf! Après une autre tentative sans succès, Pepperell aurait annoncé à ses partenaires de jeu Martin Kaymer et George Coetzee qu’il ne lui restait plus de balles avant de quitter le parcours. Il n’existe aucune captation télé du naufrage, et il faut se fier au témoignage de Kaymer: «Il est parti. Je pense qu’il en a perdu quatre ou cinq. On est sûrs à 80% que c’est cinq, à 20% que c’est quatre balles au fond de l’étang. Il jouait vite et c’était difficile de garder le compte. Il ne nous a pas demandé d’emprunter une balle, à George et moi, il avait l’air de ne plus avoir envie de jouer. Il ne jouait pas avec son fer droit, il frappait ses coups roulés avec un cocheur. IL se passait bien des choses en même temps. Je n’avais jamais rien vu de pareil, sauf dans Le Pro au cinéma.»

Coup de la semaine

Cole Ponich de l’Université Brigham Young démontre, avec la précision de ce coup de sortie de la fosse de sable bordant le vert, tout le talent qui lui a valu tant de louanges quand il s’est inscrit dans l’équipe de l’université.

Coup improbable de la semaine

On se demande combien fois il s’est entraîné à réussir ce coup. J’imagine que c’est au moins mille fois, voyant sa réaction!

Raté de la semaine

Difficile de comprendre comment ce type s’est arrangé pour faire glisser son bâton hybride complètement sous la balle en frappant sur un tapis de jeu, mais l’impact et le résultat sont aussi prévisibles que possible.