Toggle Menu
Sign In

Nouvelles de ClubLink

LE TROPHÉE O’BRIEN DU CHAMPIONNAT DE LA NBA VOLE LA VEDETTE AU CHAMPIONNAT SOIRÉE DES HOMMES CLUBLINK

01 OCT 2019

Le Trophée Larry O’Brien du Championnat de la NBA a volé la vedette au Championnat Soirée des hommes ClubLink

Au début, certains participants croyaient que le gros trophée doré à l’effigie stylisée d’un ballon sur un panier de basket n’était qu’une imitation destinée à l’équipe victorieuse, mais quand ils ont appris qu’il s’agissait bien du vrai Trophée Larry O’Brien remporté par les Raptors de Toronto au printemps, le cri de ralliement «We the North» a pris un nouveau sens sur la terrasse arrière du pavillon de Grandview dominant la première allée du parcours de golf.

«C’est super cool!, s’est exclamé Andrew MacIssac de Cherry Downs. Jamais je n’aurais pensé le voir de si près. Je suis un grand fan des Raptors et c’est vraiment formidable que ClubLink ait pu faire venir le trophée ici.» Et d’ajouter MacIssac, qui a adoré se faire prendre en photo à côté du symbole de cette victoire historique, comme la plupart des quelque 100 autres membres ClubLink qui étaient présents: «C’était une belle journée de golf, vraiment amusante, en compagnie des membres, et à voir le trophée de près, je me suis senti comme un champion!»

C’est en réalité le membre ClubLink Paul Jones, l’annonceur qui fait la description des matchs des Raptors à la radio, qui a apporté le trophée à Huntsville pour cette journée de célébration, véritable occasion d’une vie au Grandview Golf Club. En effet, on n’a aucune garantie que l’équipe de basket torontoise ramènera ce butin d’or en Ontario un de ces jour, encore moins dans la région de Muskoka. Nombreux sont les membres qui sont revenus toucher plus d’une fois le massif trophée pour s’assurer qu’il était bien réel.

«Je l’amène en tournée pour partager un peu le privilège avec ma famille, tous mes copains de basketball et quelques membres ClubLink», raconte Jones qui a aussi apporté le trophée à la Soirée des hommes de King Valley et à quelques autres clubs de la famille.

«J’aime beaucoup le nouveau trophée que ClubLink a trouvé pour le Championnat Soirée des hommes, il va avoir fière allure dans mon salon pendant un an», a déclaré le membre d’Emerald Hills Don Adamson en rigolant, alors que les autres membres de son équipe gagnante – Ranjit Rana, Sam Yang et Rick Matheson – s’attroupaient autour du trophée pour la photo triomphale.

«La soirée des hommes du mercredi, à Emerald hills, c’est vraiment super, une bonne occasion de socialiser. On est passés d’une cinquantaine de gars à plus de cent et c’est très bien pour le club, ajoute Adamson. Et maintenant, de se retrouver sur ce magnifique terrain de golf pour célébrer la fin de saison avec les camarades, c’est très plaisant. Et la présence de ce trophée rend l’évènement encore plus mémorable pour nous tous.»

Chaque membre de l’équipe gagnante, qui a clôturé à 16 sous la normale, a reçu 400$ en cartes-cadeaux ClubLink. En deuxième place, avec moins 12, sont arrivées ex aequo les équipes du Country Club – Syl Bruni, Lincoln Garraway, Ilario Melia et Gerardo Contardi – et de Station Creek – Greg Smith, Stephen Chan, Ossie Ramirez et Reid Ferguson. Ces derniers ont chacun remporté 200$ en crédits ClubLink. The Club at Lake Joseph a terminé quatrième et Grandview cinquième.

La journée a débuté par le concours ClubLink de tirs au but pour le trou d’un coup à 500 000$ sur le 15e de Grandview. Seuls quelques-uns des 22 concurrents ont atteint le vert à partir du tertre de 162 verges.

Alors qu’il se dirigeait vers le tertre, Rob Stewart de GreyHawk n’avait qu’une chose en tête.

«C’est dur sur les nerfs de se monter sur le tertre comme ça, devant tous les gars, pour un enjeu de 500 000$, a expliqué Stewart qui participait au concours pour la première fois. Je ne pensais qu’à réussir à frapper la balle correctement. Je ne voulais surtout pas rater mon coup en faisant rouler la balle à quelques pas devant moi.»

«Mais j’ai finalement bien frappé, je suis bien content, et si je pouvais jouer aussi bien sur toutes les normales 3 aujourd’hui, ce serait une bonne journée pour moi», a déclaré le membre de GreyHawk qui a mérité un crédit ClubLink de 500$ pour avoir joué le coup gagnant qui s’est arrêté à 18 pieds de la coupe. «Je suis même surpris d’avoir gagné, j’étais sûr qu’un autre arriverait plus près du trou.»

Deuxième au concours, Aud Eimantes d’Eagle Creek a envoyé sa balle à 22 pieds du drapeau, tandis que celle du troisième, Peter Gee de RattleSnake Point, a abouti à 24,7 pieds. Sam Yang d’Emerald Hills et Pat Cilla de National Pines complètent le groupe des cinq meilleurs.

«Il faut dire les choses comme elles sont: c’était un coup chanceux, précise Eimantes, au second rang. Je suis un des rares gars qui ont atterri sur le vert, mais j’ai eu beaucoup de plaisir à essayer et ça m’a rapporté un peu d’argent ClubLink. J’aime ce genre d’évènement, une excellente façon de clôturer la saison de la ligue masculine. On s’amuse énormément à chaque fois.»

Au Championnat des longs coups de départ de la ligue masculine, Denis Schofield de Glen Abbey a dérouté tout le monde en remportant le titre.

Paul MacKay de Grandview semblait assuré de la victoire après avoir pris la tête de la ronde de qualification avec un coup de 306 verges contre le vent sur le 18e trou, bien que ses deux premiers coups aient erré bien loin hors limites. Au deuxième rang des qualifications, Greg Spencer de GreyHawk a frappé à 286 verges, suivi d’Attila Nagy de RattleSnake Point à 279, Brian Shultis de National Pines à 279, Schofield à 273 et Graham McCulloch de Glencairn à 272 verges.

Après eux venait l’homme le plus heureux peut-être du concours de tirs à la cible: Lou Licari (271 verges) qui a dépassé son copain Peter Pettit (270 yards) d’une seule verge pour pouvoir s’en vanter fièrement au retour à la maison. Le titre de golfeur le plus honnête est allé à Tim Sittler de Lake Joseph qui a fait rebondir ses deux essais de départ dans les buissons devant le tertre. Il aura de la difficulté à oublier sa piètre performance!

Mais en ronde finale, seuls deux des six gros cogneurs on fait mieux qu’au premier tour: McCulloch a claqué une verge de plus, à 273, et Schofield en a gagné deux, avec un coup de 275 verges pour la victoire et les 500$ de crédits ClubLink, alors que tous les autres frappaient bien moins loin qu’à leurs premiers essais.

«Je me trouve chanceux de l’avoir emporté la mise, mais en réalité j’ai joué le coup que je souhaitais vers la droite de l’allée et j’ai ensuite attendu pour voir si c’était assez loin. Certains des gars qui sont passés après moi n’ont pas frappé aussi bien qu’à la première ronde, en particulier le gars qui avait dépassé les 300 verges», a expliqué Schofield qui avait remporté le concours de tirs à la cible ClubLink de 2018 à Grandview en s’approchant à six pouces seulement de la coupe et du gros lot de 500 000$ pour le trou d’un coup.

«Je dois dire qu’en passant si près de remporter un demi-million de dollars l’année dernière, j’étais aux anges. Une sensation imbattable, mais d’être champion des longs départs cette année, c’est pas mal non plus», conclut Schofield qui ne s’était pas qualifié pour les tirs au but.

Après sa deuxième place aux longs coups de départ l’an passé, Greg Spencer avait de grands espoirs cette année. Ses deux premiers coups de 286 verges l’ont encouragé, alors qu’il se classait au second rang des qualifications.

«Je suis un peu déçu d’avoir terminé troisième en finale, car j’avais de bonnes chances de gagner cette fois-ci. Mais j’ai manqué de précision à la ronde finale, ratant l’allée de peu, alors je me contente du troisième rang et on verra bien ce qui va se passer l’an prochain, parce que je sais que je peux frapper plus loin que je l’ai fait aujourd’hui», a dit Spencer dont les 272 verges de distance lui ont valu sa 3e place. Au 4e rang est arrivé Shultis à 263 verges, suivi de Mackay à 262 et Nagy à 260 verges.

«On a eu beaucoup de plaisir, d’affirmer Shultis, nouveau venu au concours. J’étais sur les nerfs en deuxième ronde et je crois qu’en finale, j’ai laissé la pression l’emporter. J’ai frappé trois mauvais coups. Mais je suis heureux de vivre cette belle journée et tout ce que j’espère, c’est qu’on va battre Bond Head, c’est tout ce qui compte.»